Accueil du site

Matinée du 29 mai 2009

[Leer la versión española] [Read English version ]

La matinée du 29 mai a été consacrée à la poursuite de la réflexion sur les financements innovants en l’éclairant des perspectives novatrices offertes par les instruments d’ingénierie financière. L’organisation de cette session a bénéficié de l’appui de l’AFD et de la Banque Mondiale.

Le Président de Comité d’Aide au Développement (CAD) de l’OCDE, Eckhard Deutscher, a ouvert la session. Il a indiqué que la réunion de haut niveau du CAD qui venait de s’achever avait proposé une réforme du CAD en termes de priorités, d’instruments et de plans de travail. Il s’est félicité de la montée en puissance des financements innovants et des nouveaux partenariats qu’ils permettent. Il a insisté sur l’opportunité de tirer pleinement profit des institutions et canaux d’intermédiation existants, de veiller à maîtriser la tendance à la création de nouvelles institutions, et d’appliquer les déclarations de Paris et d’Accra et l’agenda de la gestion axée sur les résultats à l’ensemble des flux d’aide.

Philippe le Houérou, Vice Président de la Banque mondiale, a rappelé que les financements innovants viennent compléter les volumes d’aide traditionnelle, tout en visant une maximisation de l’impact. L’ingénierie financière permet de proposer des solutions nouvelles à des problèmes concrets, comme en témoignent l’IFFIm et AMC. Il a relevé cependant que les volumes de financement innovants générés à ce jour au profit des pays à faibles revenus sont restés relativement faibles en proportion de l’aide reçue par ces pays. On observe aussi que la mise en œuvre des nouvelles solutions financières est souvent dépendante de la disponibilité de financements concessionnels. Il convient de repérer les mécanismes les plus prometteurs et de promouvoir leur changement d’échelle, d’intégrer les initiatives globales aux programmes et priorités des pays, et de rester, en particulier, à l’écoute des besoins des pays à faible revenus.

PDF - 41.5 ko
Discours de Philippe Le Houerou (Banque Mondiale, en ANGLAIS)

Introduisant les tables rondes à suivre, Pierre Jacquet, chef économiste et directeur de la stratégie de l’AFD, a rappelé l’intérêt d’une diversification de la boite à outils financière, en ancrant son développement sur la recherche de solutions flexibles et imaginatives à des problèmes bien identifiés auxquels les mécanismes de financement existants répondent encore mal. Il a insisté sur le fait que contrairement au paradigme qui a façonné l’APD traditionnelle, la nature des instruments financiers n’est pas neutre par rapport aux objectifs poursuivis et est un déterminant important de l’efficience. Il a illustré ce propos par des exemples d’instruments de gestion de la vulnérabilité et des risques, de différentes natures, auxquels sont soumis les acteurs des pays en développement, et d’instruments facilitant les incitations aux résultats.

PDF - 36.2 ko
Discours de Pierre Jacquet, AFD

L’AFD et la Banque Mondiale ont annoncé qu’il co-organiseront avec la Fondation Bill et Melinda Gates, en mars 2010 à Paris, un salon (« market place ») qui approfondira ces questions.

Le 9 juin 2009

Version à imprimer Version à imprimer
XHTML valid | © Tous droits reservés - 2009