Accueil du site

Tableau de l’existant

[Leer la versión española] [Read English version ]

Réussites spectaculaires, les premiers mécanismes de financements innovants sont aujourd’hui une réalité incontournable du paysage de l’aide internationale, mais ils doivent encore être développés.

La première table-ronde a permis de faire le point sur les progrès réalisés dans le cadre des principaux mécanismes de financement innovant mis en place à ce jour et de rappeler l’importance qu’ils continuent à monter en puissance.

-  Youssef Amrani, Secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères du Maroc, a présenté la contribution de solidarité sur les billets d’avion : mise en place dans 12 pays, elle a d’ores et permis de rassembler près de 800 M USD depuis 2006. Il a aussi annoncé l’intention du Maroc de mettre en place prochainement une taxe sur les billets d’avion.

-  Jorge Bermudez, Secrétaire exécutif d’UNITAID, a ensuite montré comment grâce à cet argent, UNITAID a pu lutter efficacement contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme en faisant baisser les prix des traitements et en contribuant à en généraliser l’accès dans plus de 90 pays. Ce sont ainsi plus de 11 millions de traitements qui ont pu être livrés rapidement aux malades, en particulier ceux vivant dans les pays les moins avancés. Chaque année, UNITAID permet de sauver 100 000 enfants atteints du SIDA.

- Ivan Lewis, Secrétaire d’Etat chargé du développement international du Royaume-Uni, a ensuite présenté l’IFFIm, créé en 2006, qui permet de lever des ressources substantielles (plus de 4 milliards de dollars sur 20 ans) pour financer de vastes programmes de vaccination dans le monde en développement par l’intermédiaire d’un mécanisme d’émission d’obligations garanties par des engagements contraignants de la part des donateurs. Les fonds réunis, stables, prévisibles, pérennes et complémentaires à l’aide publique au développement traditionnelle sont gérés par l’Alliance GAVI, présentée par Alice Albright, son Directeur financier, qui gère des programmes de vaccination dont elle vérifie la fiabilité. Les premiers programmes financés grâce à l’IFFIm devraient concourir à sauver plus de 500 millions d’enfants.

- Susan McAdams, Directrice pour les financements innovants et affaires multilatérales à la Banque mondiale, a expliqué le fonctionnement et les objectifs des AMC lancés en 2007 à l’initiative de plusieurs pays et de la fondation Gates, visent à mobiliser des ressources suffisantes (1,5 Md USD) pour une garantie d’achat futur pour un nouveau vaccin contre les maladies liées au pneumocoques. Faute de demande solvable et certaine, les entreprises pharmaceutiques ont en effet jusqu’à maintenant concentré leurs efforts sur les maladies affectant les pays les plus riches et plus de 800 000 enfants dans les pays en développement meurent chaque année du pneumocoque alors que la recherche contre le virus est avancée. C’est donc pour corriger ce dysfonctionnement meurtrier du marché médicamentaire qu’ont été lancés les AMC qui devraient sauver 7 millions de vies d’ici 2030.

Le Groupe pilote se félicite des succès de ces premiers mécanismes. Ils ont en commun une approche innovante fondée sur la mobilisation de ressources stables et prévisibles, l’investissement général sur un secteur porteur du développement – la santé – en particulier sur une « niche » jusqu’alors négligée faute de moyens (la négociation des prix des traitements ; la vaccination ; la recherche de nouveaux vaccins) et une utilisation inclusive, articulée avec les autres acteurs de l’aide.

Le 10 juin 2009

Version à imprimer Version à imprimer
XHTML valid | © Tous droits reservés - 2009