Accueil du site

Rapport de Bill Gates : une taxe sur les transactions financières n’a pas besoin d’être universelle pour voir le jour, et pourrait rapporter des ressources substantielles.

[Read English version ]

La France, qui préside cette année le G20, a chargé l’ex-patron de Microsoft de préparer un rapport sur le financement du développement en vue du sommet de Cannes.

Selon le rapport, publié lors du G20, des formes de taxation des transactions financières existent déjà, par exemple en Inde ou au Royaume-Uni. La taxe "semble donc faisable même sans adoption universelle" au niveau mondial. "Si les membres du G20 ou un autre groupe d’Etats, par exemple au sein de l’Union européenne, parviennent à s’accorder sur les contours d’une taxe sur les transactions financières (...) cela peut générer des ressources substantielles", selon ce document. Une "petite taxe" de 0,1% sur les actions et de 0,02% sur les obligations "rapporterait quelque 48 milliards de dollars si elle était adoptée au niveau du G20, ou 9 milliards si elle devait voir le jour dans les principales économies européennes".

Vous pouvez retrouver ici le rapport dans son intégralité, en anglais.

PDF - 1.6 Mo
Rapport de Bill Gates

Le 23 septembre 2011

Version à imprimer Version à imprimer
XHTML valid | © Tous droits reservés - 2009